Solidarité

Avec Alternatiba

- Rejoins le mouvement Alternatiba !

Appel : "Ensemble, construisons un monde meilleur en relevant le défi climatique !"

#VELP

#COP21

VERS LES +3°C ET SANS DOUTE BIEN PLUS !

L'accord de la COP21 est construit sur la base des engagements volontaires des Etats à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Le total de ces engagements et leur effet sur le climat sont connus : ils nous placent sur une trajectoire de +3°C, et ont toutes les chances du monde de la dépasser car ces engagements ne sont ni contraignants, ni assortis de sanctions s'ils n'étaient pas tenus. Dès lors, on se doute bien que nous irons bien au delà des +3°C, et cela rend difficilement compréhensible l'enthousiasme soulevé par le fait d'inscrire dans l'Accord la volonté de ne pas dépasser les +1,5°C. Le besoin de se réjouir et d'applaudir doit être tellement fort que les mots ont plus de poids que les actes, même quand ils sont en contradiction complète avec ces derniers. Il faut savoir qu'avec l'effet d'inertie des gaz à effet de serre déjà émis au cours des dernières décennies, nous sommes déjà certainement en route vers un réchauffement inéluctable de +1,3°C. Il faudrait donc une révolution énergétique et climatique pour rester en dessous des 1,5°C, alors même que le minimum du minimum (par exemple commencer à parler des énergies fossiles, et des règles à établir pour en limiter l'extraction aux quantités compatibles avec la stabilisation du climat) n'est même pas contenu dans cet Accord. Même les objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre datés (par rapport à 2020 ou 2050 par exemple), précis et fixés par les scientifiques du GIEC n'apparaissent pas dans le texte de l'Accord et sont remplacés par des notions aussi vagues que « dès que possible ». Si les +1,5°C était réellement un objectif pris au sérieux, il faudrait également prendre de telles mesures radicales immédiatement, alors même que l'Accord de Paris ne rentrera en application qu'à partir de 2020.

On aurait pu imaginer qu'au vu de la gravité et de l'urgence du problème climatique, on arrache au moins dans cette COP21 la mise en place de mécanismes de révision -obligatoires et à la hausse- du niveau totalement insuffisant des engagements de réduction de gaz à effet de serre des Etats dans les plus brefs délais. Il n'en est rien, et le mécanisme de révision n'interviendra qu'à partir de 2023-2025, bien trop tard pour éviter de franchir à terme les +3°C.

Injustice climatique

Le remplacement de l'objectif de décarbonisation par celui beaucoup plus ambigu d'objectif Zéro émissions nettes est dangereux. Il est imposé par ceux qui veulent que rien ne change, qu'on maintienne les mêmes modèles de production, de consommation, de transports, de production et de transformation de l'énergie, etc. fortement émetteurs de gaz à effet de serre, en misant sur d'improbables et nocives technologies de stockage et de séquestration, méthodes de compensation injustes et souvent inefficaces. Cette logique est porteuse de futures fragilisations, exploitations et aliénations des populations les plus pauvres et les plus vulnérables. L'exclusion de l'Accord des émissions de gaz à effet de serre -pourtant en croissance exponentielle- du transport international aérien et maritime s'inscrit dans la même fuite en avant irresponsable.

La justice climatique a également essuyé de sérieux revers dans l'Accord de Paris. Il n'y aura pas de financements additionnels pour les 100 milliards de dollars destinés aux pays du Sud et pour leur permettre d'atténuer leurs émissions de gaz à effet de serre et de se protéger des impacts (montée des océans, inondations, sècheresse, cyclones). Ces 100 milliards annuels ne sont pas inscrits dans l'Accord lui-même mais dans les décisions de la COP21 et pourront donc être remis en cause lors des prochaines COP, ce qui rajouté à cette absence de source additionnelle fragilise fortement ces financements. De plus le manque de précision concernant la nature même de ces financements qui peuvent n'être en grande partie que des prêts -et pas des dons- et l'absence de quantification précise du volet adaptation compromet gravement les moyens nécessaires pour protéger les pays du sud des conséquences dramatiques d'un dérèglement climatique auquel ils n'ont quasiment pas contribué depuis la révolution industrielle. Enfin, la reconnaissance juridique de la responsabilité historique des États du nord de la crise climatique -qui aurait pu ouvrir la voie à des indemnités et compensations pour les dégâts climatiques subis par les pays les plus pauvres- n'a pas été retenue dans la partie Pertes et dommages de l'Accord. L'injustice climatique reste donc totale.

Pour Alternatiba, rien n'est donc réglé avec la COP21, au contraire. La mobilisation citoyenne, les résistances, la construction d'alternatives, leur généralisation restent plus d'actualité que jamais. L'action de la société civile revêt même un caractère d'urgence si nous voulons préserver des conditions de vie civilisées sur terre. Les mobilisations du 12 décembre ? le lettrage humain géant « Climate Justice Peace » sur Paris, l'action des Lignes Rouges, et le rassemblement sur le Champ-de-Mars devant la Tour Eiffel ? doivent être le point de bascule vers une mobilisation d'une ampleur nouvelle pour relever le défi climatique. C'est le sens de la déclaration de l'État d'urgence climatique qui a été lancé ce samedi lors du rassemblement final au Champ-de-Mars.

Alternatiba assumera ses responsabilités et apportera sa contribution à la bataille mondiale pour stabiliser au plus vite le climat, et pour mettre en place une justice climatique indispensable pour garantir une paix durable et des sociétés soutenables. C'est l'enjeu de la réflexion et du débat interne que nous menons aujourd'hui au sujet l'évolution de notre action à partir de 2016. Les conclusions en seront tirées lors de la Coordination européenne des Alternatiba que nous tiendrons à Bordeaux les 20 et 21 février prochain.

Le 15 décembre 2015, Alternatiba

___________________________________________________________________________________

LA COP 21 VA-T-ELLE LAISSER BRÛLER LA PLANETE ?



On ne lâche rien !

Myriam, Serge4, Cédric et Woody représentent l'engagement en faveur du climat du Village Emmaüs Lescar-Pau au Village Mondial des Alternatives, les 5 & 6 décembre 2015 à Montreuil.

Changeons le système, pas le climat ! 

#COP21


___________________________________________________________________________________

On ne lâche rien !

Ce 29/11/15, début d'un grand mouvement citoyen pour changer notre société. Le Collectif Urgence Climatique Pau Agglo a rassemblé près de 200 personnes interpellées par les enjeux du climat. Ensemble, nous sommes une force immense ! Changeons le système, pas le climat !
?#?COP21??


____________________________________________________________________________________

Jeudi 22 octobre 2015 à 20h

TOUR ALTERNATIBA

Retour en images et en paroles

rencontre avec les pédaleurs du Village Emmaüs Lescar-Pau et d'Alternatiba au Village Emmaüs Lescar-Pau (atelier Débats)

Gratuit


____________________________________________________________________________________

EMMAÜS LESCAR-PAU 

PARTENAIRE DU TOUR ALTERNATIBA !

Du 5 juin au 26 septembre, des habitants du Village Emmaüs Lescar-Pau faisaient partie de l'équipe du Tour Alternatiba. A tour de rôle, étaient de la vélorution : Orfeu, Pable2, Paul et Jordan, Bernard, Laurent, Woody, Cédric et Mathieu3.
Le prochain rendez-vous sera parisien durant la COP21 du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Tour Alternatiba

_____________________________________________________________________________________

EMMAÜS LESCAR-PAU

VILLAGE ETAPE DU TOUR ALTERNATIBA

Tour Alternatiba

8 JUIN 2015


A 16H00 : Arrivée du Tour Alternatiba

A 19H30 : Rencontre et échanges avec les participants du Tour Alternatiba


A 21H30 : Concert

"DUO Bernardo SANDOVAL et Serge LOPEZ"

Entrée libre

Sous chapiteau par temps de pluie

Buvette et restauration rapide sur place

______________________________________________________________________________________

Rejoins le Tour Alternatiba !


Le Tour Alternatiba, parcourra 5 000 kilomètres pour le climat entre Bayonne et Paris du 5 juin au 26 septembre 2015 avec un vélo 4 places. Le Tour Alternatiba fera escale au Village Emmaüs Lescar-Pau du 8 au 10 juin. Symbole d'Alternatiba, le drôle de vélo 4 places traversera 180 territoires de 6 pays Européens, pour porter encore plus fort le message d'Alternatiba : non seulement les alternatives au dérèglement climatique existent, mais en plus, elles construisent un monde meilleur !

Le Tour Alternatiba mobilisera des dizaines de milliers de personnes autour de "vraies alternatives" au changement climatique dans la perspective du COP21.


En soutien à Alternatiba, les conférences-débats du Festival Emmaüs Lescar-Pau porteront sur le climat.


Le défi d'Alternatiba


Le GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, a rendu son 5ème rapport ce 27 septembre 2013, pour faire le point sur l'état du changement climatique en cours.

Le dimanche 6 octobre, une journée de mobilisation citoyenne ambitieuse et originale était organisée à Bayonne : Alternatiba un véritable Village des alternatives, individuelles, collectives, territoriales et systémiques au changement climatique et à la crise énergétique. Plus de 12000  personnes ont répondu à l'appel. Son objectif était de :

  - diffuser le message de l'urgence climatique, sensibiliser le grand public et les élus à la nécessité de baisser rapidement et radicalement nos émissions de gaz à effet de serre, interpeller sur les conséquences dramatiques de l'absence d'accord international ambitieux, efficace, contraignant et juste sur le climat ;

  - combattre l'effet possible de sidération, le sentiment d'impuissance et donc la démobilisation que peuvent provoquer la gravité et l'importance du défi climatique, en montrant que les solutions existent et qu'elles sont à notre portée, créatrices d'emploi, porteuses d'un monde plus humain, convivial et solidaire ;

  - appeler à mettre en route sans plus attendre la transition sociale, énergétique et écologique nécessaire pour éviter le dérèglement profond et irréversible des mécanismes du climat.  Loin des fausses solutions - injustes, dangereuses et inefficaces - prônées par certains (géo-ingénierie, OGM, agro-carburants, marchés carbone,  mécanismes de compensation,  nucléaire etc.), des milliers d'alternatives aux causes du changement climatique sont en effet mises en pratique tous les jours par des millions d'individus, d'organisations, de collectivités locales dans les domaines les plus divers.

Agriculture paysanne, consommation responsable, circuits-courts, relocalisation de l'économie, partage du travail et des richesses, reconversion sociale et écologique de la production, finance éthique, défense des biens communs comme l'eau, la terre ou les forêts, pêche durable, souveraineté alimentaire,  solidarité et partage, réparation et recyclage, réduction des déchets, transports doux et mobilité soutenable, éco-rénovation, lutte contre l'étalement urbain et l'artificialisation des sols, aménagement du territoire soutenable, démarches de préservation du foncier agricole, défense de la biodiversité, sobriété et efficience énergétique, énergies renouvelables, plans virage énergie climat, villes en transition, sensibilisation à l'environnement, etc. : les alternatives existent, elles ne demandent qu'à être renforcées, développées, multipliées !

Nous pouvons ainsi continuer à changer concrètement les choses chacun-e à notre niveau, et également renforcer la dynamique, la prise de conscience, le rapport de force permettant d'avancer vers les bonnes prises de décisions tant au niveau local qu'au niveau global.

C'est pourquoi rejoins le mouvement  Alternatiba . La lutte se poursuit, tous ensemble, pour le climat.


Les 40 premiers signataires

350.org-France, 4D, ACIPA, Aderoc, Agir pour l'Environnement, Aitec-Ipam, Amis de la Terre-France, ATTAC-France, Biocoop, Bizi !, CADE, CliMates, Cedetim-Ipam, Collectif Roosevelt, Confédération Paysanne, Convergence citoyenne pour la transition énergétique, L'Écologiste, EcoRev', EHLG, Enercoop, Énergie Partagée, EYES, Fondation Copernic, Fondation Danielle Mitterrand-France Libertés, Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme, Fondation Sciences Citoyennes, Fundación Traperos de Emaús de Navarra, Fédération des Usagers de la Bicyclette, L'Heureux Cyclage, Mouvement pour une Alternative Non-violente, Reporterre,Réseau Féministe « Ruptures », Résistance à l'Agression Publicitaire, Slow Food France, SUD-PTT, Surfrider Foundation Europe, Union Syndicale Solidaires, taca, Terre de liens, Village Emmaüs Lescar-Pau, Les Z'indigné(e)s

« Le dérèglement climatique s'aggrave et s'accélère, mettant à mal dès aujourd'hui les populations les plus pauvres de la planète et à moyen terme les conditions de vie civilisées sur Terre. Pourtant, les solutions au réchauffement climatique existent, les voies de la transition énergétique se multiplient ; elles sont d'ores et déjà expérimentées par des milliers d'associations, d'individus, de communes, de régions à travers la planète. Ces milliers d'alternatives participent au quotidien à la construction d'une société plus sobre, plus humaine, plus conviviale et plus solidaire.

Venez les découvrir à Alternatiba, le Village des Alternatives qui se tiendra à Bayonne le dimanche 6 octobre 2013, quelques jours après la publication du 5ème rapport du GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

Ensemble, construisons un monde meilleur en relevant le défi climatique ! »

Stéphane Hessel, parrain d'Alternatiba, le 19 décembre 2012