default logo

L’INDECENCE DES GRANDES FORTUNES

Près d’un milliard d’ euros de dons en deux jours promis par les généreux donateurs pour la construction « urgente » de Notre-Dame-de-Paris incendiée le 15 avril.

Ce symbole de la France pris par les flammes est indéniablement un drame pour l’Histoire de l’Art et le patrimoine français.

Mais n’est-il pas tout aussi urgent d’enrayer le mal logement? De mettre hors de danger les millions d’habitants d’immeubles vétustes, insalubres, non isolés, humides, qui parfois menacent de s’effondrer.

En moins de 48 heures les familles Pinault, Arnauld, Bétancourt ont débloqués à elles seules un demi milliard d’euros.

S’il est si facile de lever des fonds pour reconstruire une cathédrale, pourquoi n’est-il pas possible d’en faire autant pour lutter contre la précarité. Cela confirme où sont les choix, les priorités.

Les travaux d’aménagement des immeubles insalubres permettraient de créer beaucoup d’emplois, de faire des économies d’énergie très importantes, de proposer des logements saints, de développer un bien-être social…

L’urgence culturelle peut-elle passer devant l’urgence sociale?

Le souci des « Grandes Fortunes de ce monde » pour les vieilles pierres (aussi belles soient-elles) au détriment de l’Humain a quelques choses d’indécent