default logo

On a volé les abeilles d’Emmaüs

Hier soir, le rucher de Labastide-Cézéracq, où sont implantées les ruches d’Emmaüs, a été vandalisé. Huit ruchettes ont été vidées de leur abeilles par un inconnu. « Un acte criminel », selon André Lavignotte, qui touche pour la première fois de son histoire le village Emmaüs Lescar Pau. 

Au milieu des ruches où dansent les abeilles, huit d’entre elles, restent tristement vides.  Les 70 000 abeilles qui occupaient les huit ruchettes, ont été volées. « C’est forcément une main experte qui a vidé les cadres de leurs abeilles. Un amateur ne peut pas réaliser un geste aussi technique que celui-ci. C’est criminel ». André reste abattu en ouvrant ses ruches où quelques butineuses égarées cherchent à se nourrir.

L’incident a eu lieu hier, à l’abri des regards, entre deux champs où poussent le sarrazin nécessaire à l’alimentation des abeilles. « Je suis arrivé sur place hier pour implanter un essaim de 50 000 abeilles, trouvé derrière un feu rouge à Pau. J’ai immédiatement compris qu’il y avait un problème, poursuit l’apiculteur du village depuis quarante ans. Un essaim qui quitte la ruche pour aller s’implanter ailleurs, ça peut arriver mais huit en même temps c’est impossible. » déplore André.

La recrudescence des frelons asiatiques était déjà une menace importante pour le Village Emmaüs, contraint de déplacer ses ruches pour éviter que les abeilles soient dévorées. « Maintenant il faut aussi protéger nos insectes des hommes, ajoute Gérald, compagnon au village. ». Pour éviter un nouveau vol, le dernier essaim implanté il y a deux jours a été installé chez un particulier, derrière une grille fermée. « Bon, ici elle va être bien », murmure André avant de fermer le toit de la ruche où butinent les précieuses apidés.