default logo

Portrait du jour

François nous partage son expérience de compagnon au Village Emmaüs Lescar-Pau.

François, 57 ans, originaire de Belfort, a fait un premier passage de 5 ans à la communauté il y a 25 ans puis est revenu comme compagnon au Village Emmaüs Lescar-Pau depuis septembre 2014. Il a suivi une formation d’humanitaire à l’école Bioforce à Lyon.

Pourquoi es-tu venue au Village Emmaüs Lescar-Pau ?

Je suis arrivé au Village Emmaüs Lescar-Pau pour la première fois en 1990 complètement par hasard. Après avoir fait le tour de l’Espagne en stop, j’ai rencontré un compagnon d’Emmaüs, nous sommes d’abord passés dans une autre communauté pendant un mois mais elle ne me convenait pas. Le responsable de cette communauté m’a conseillé d’essayer celle de Pau. En effet, j’ai trouvé que cette communauté Emmaüs me convenait parfaitement. Les objectifs, l’évolution, l’ouverture sur l’extérieur.

Quelles sont tes activités au sein du Village ?

Ici, nous sommes polyvalents ! Je fais beaucoup de choses : la menuiserie, le tri, la caisse. Je suis en charge des tutorats de stage, je m’occupe des papiers, d’accueillir les stagiaires, de suivre leur stage, de répondre à leurs questions… Depuis le film I Feel Good, nous avons créé la Radio, qui anime le Village un samedi sur deux, je fais partie des animateurs. De plus, je suis conseillé au Village. Nous sommes quatre compagnons à être élus pour gérer la vie citoyenne du Village. Nous nous occupons de la propreté, de l’accueil, de l’habitat, de la logistique, des activités …

Quel a été ton évolution au sein du Village ?

Mon évolution grâce à Emmaüs Lescar-Pau n’a pas eu lieu qu’au sein du Village. Mon premier passage de 5 ans m’a permis d’évoluer à l’extérieur. De 1990 à 1995, j’ai été en charge des camps jeunes. A cette époque, ils se faisaient à l’extérieur, nous avions un dépôt à Oloron et un à Saint-Gaudens pour accueillir les jeunes l’été. Nous devions être en autonomie là-bas : nous avions notre dépôt pour le bric-à-brac, nos camions pour aller récupérer la marchandise, nos dortoirs … Les bénéfices servaient à soutenir les projets de partenariat que nous avions avec l’Afrique. Suite à ça et grâce à une formation interne, j’ai lancé l’ouverture de la communauté Emmaüs à Saint Gaudens. J’ai été le responsable de la communauté pendant 5 ans. Après avoir quitté Emmaüs, et, pour suivre une formation à Bioforce j’ai travaillé au SAMU social de Paris, où j’étais responsable d’un centre d’hébergement. Ensuite, grâce à mon expérience en Afrique avec le Village Emmaüs Lescar-Pau, j’ai travaillé deux ans en Afrique, je devais coordonner 4 antennes du SAMU social. Enfin après une dizaine d’année au Sénégal avec ma compagne, pour développer un campement écotouristique, je suis enfin rentré en France, « retour aux sources ». Je voulais voir comment le Village avait évolué, je me suis arrêté ici pour quelques mois et finalement je n’en suis jamais reparti ! Le Village Emmaüs Lescar-Pau a été le déclencheur de ma vie professionnel et de toute mon évolution. Ici nous pouvons nous exprimer, être porteur de projet et surtout acteur de ce projet.

Ton mot de fin ?

J’ai très à cœur le tutorat des stagiaires. Partager cette expérience avec des jeunes qui se cherchent, qui on besoin de donner un sens à leur vie est très enrichissant ! Il ne faut pas avoir peur de tenter des choses, on peut rendre le monde meilleur au niveau social, écologique et économique, vivre une utopie tout simplement. Il faut que les jeunes viennent ici pour continuer à faire évoluer le projet. Et peut-être qu’Emmaüs sera pour eux un déclencheur comme ça l’a été pour moi.