default logo

Un trésor patrimonial sauvé de l’oubli

Plus de 500 plaques photographiques en verre prises entre 1870 et 1930 ont été données par un particulier à la recyclerie d’Emmaüs Lescar-Pau la semaine dernière. Un témoignage exceptionnel sur la vie des palois.e.s au début du siècle dernier qui alimentera le fond des archives de l’agglomération.

Les deux caisses en plastique de petites boites en carton sont arrivées sur le bureau de Jean-Pierre la semaine dernière comme un cadeau du ciel. « « Je n’ai jamais vu des plaques photos de cette qualité », s’émerveille le compagnon rattaché au secteur de l’électronique. A travers les oculaires du stéréoscope, c’est le quotidien des béarnais du début du XXème siècle qui défile.

Jean-Pierre découvre les plaques de verre à l’aide du stéréoscope

 

SCENES DE VIE

Trois enfants, pied nus et cheveux ébouriffés posent devant un abri de fortune. « Sûrement une famille de gitans de passage sur Pau », commente Vanina Joveneau, responsable des archives communautaires et présente pour la découverte de ce trésor aux côtés d’Anne Molier, de la bibliothèque patrimoniale. « Ces clichés sont extrêmement rares, poursuit-elle. Les témoignages d’ouvriers, des gens du peuple disparaissent rapidement. La culture de l’archivage est celle détenue par les classes dirigeantes. »  Une autre plaque révèle deux randonneurs qui posent émerveillés devant le Pic d’Ossau. Plus loin, mulets, chevaux et bêtes de ferme immortalisent une foire de Pau. Les éleveurs endimanchés pour l’occasion posent fièrement, le poing sur la hanche.

« UN TRES BEAU FOND ».

Certaines plaques retiennent plus particulièrement l’attention des spécialistes réunis pour l’occasion. Et pour cause, le talentueux, mais anonyme, photographe qui avait réalisé ces clichés, s’est appliqué à colorer certaines plaques avec du fécule de pomme de terre. Des photos, datées de 1912, laissent apercevoir des portraits de femmes, aux joues roses et aux vêtements pastels, posant devant des buissons d’hortensias fusia.

« UN COUP DE PLUIE ET TOUT AURAIT ETE DETRUIT ».

Le Village Emmaüs Lescar-Pau a offert l’intégralité des plaques à la bibliothèque patrimoniale de Pau. Toutes les plaques seront précieusement conservées, classées et étudiées. « Ces supports offrent un témoignage ethnographique et géographique incroyable sur notre territoire » insiste Mme Molier. Un trésor fragile, désormais mis à l’abri, et qui permettra d’animer des ateliers pédagogiques au sein de l’Usine des Tramways.